Écrire pour grandir http://optima.journalintime.com/ Je suis d'humeur communicative, j'ai envie de parler, j'ai envie d'écrire. J'ai envie d'être lue. Ce lieu me parait parfait pour réaliser ce souhait... fr 2017-04-12T20:03:53+02:00 http://optima.journalintime.com/Vendredi-31-mars-2017 Vendredi 31 mars 2017 Écrit du Vendredi 31 Mars 2017 Eh ba. Ça promet d'être encore un super weekend. Tu l'entends là l'ironie dans ma voix? J'aimerais mieux écrire dans mon JI papier. Mais pas possible tout de suite. Alors c'est toi que je viens faire chier. Je suis très fatiguée mais pas plus que ça déprimée. Pour le moment. J'ai fait la majorité de la route pour venir chez mes parents avec ma soeur. On a fait le transfert de colis humain (de moi) a environ 20 minutes de chez mes parents. On a papoté un peu. Ma soeur est partie. Ma mère démarre sa voiture. Première chose qu'elle me dit:" je Écrit du Vendredi 31 Mars 2017

Eh ba. Ça promet d’être encore un super weekend. Tu l’entends là l’ironie dans ma voix?
J’aimerais mieux écrire dans mon JI papier. Mais pas possible tout de suite. Alors c’est toi que je viens faire chier.

Je suis très fatiguée mais pas plus que ça déprimée. Pour le moment.

J’ai fait la majorité de la route pour venir chez mes parents avec ma soeur. On a fait le transfert de colis humain (de moi) a environ 20 minutes de chez mes parents. On a papoté un peu. Ma soeur est partie. Ma mère démarre sa voiture. Première chose qu’elle me dit:" je suis très en colère contre ton père parce que ça fait un moment que je lui ai demandé, je l’ai supplié de faire ça et il va pas le faire!" Oooookéé. Je sens que… Merde quoi. Je viens là en me disant c’est cool, je vais pouvoir me reposer, voir du monde, tout ça. Putain là j’ai juste envie d’être chez moi sur mon lit a regarder un épisode de Prison Break.
Si ça se trouve, ça va bien se passer mais franchement, là, j’en doute fort. Je regrette d’être venue. Mais bon, je pouvais pas savoir. Ça avait plutôt l’air d’aller quand j’ai eu ma mère au tel avant de venir.
Putain, la famille c’est tout ce que j’ai. Si même ça ça peut pas rouler correctement. Fais chier.

Ça fait très longtemps que ça dure ça. Très. Très longtemps. Et je sais pas si c’est la fatigue mais… la coupe est pleine (expression de merde). J’ai envie de… De leur dire "PUTAIN JE SUIS LA VOUS FAITES CHIER!". Mais comment le dire pour qu’ils l’entendent ? Comment faire ? Je voudrais que ça se passe bien. J’ai pas envie de m’engueuler avec eux. Juste qu’ils se rendent compte que quand ils se font du mal entre eux, ils m’en font a moi aussi. Je devrais peut-être en discuter avec mon psy avant d’agir mais on n’aura pas le temps pour ça. Breeeef. Je vais rentrer, je commence a avoir froid. Je repasse plus tard ou demain.
Rrrrr.

]]>
2017-04-12T20:03:53+02:00
http://optima.journalintime.com/3gyc-euh euh? Pas vraiment mieux. J'écris telle une ado qui a des problèmes avec ses copines de collège. Sauf que c'est plutôt des idées suicidaires que j'ai dans la tête. Je vois pas comment les choses pourraient s'arranger. Ça va un peu mieux. Puis paf. Ça retombe. Et il faut se relever, a chaque fois. Et c'est pénible. Je sais pas si je serais capable de continuer comme ça encore longtemps. Je crois pas que j'en serais capable. Alors on fait quoi? Je peux pas mourir comme ça. Je suis trop loin de... Qui je dois être. Y'a trop de choses que je voudrais connaître ou voir. Et j'ai pas la Pas vraiment mieux. J’écris telle une ado qui a des problèmes avec ses copines de collège.

Sauf que c’est plutôt des idées suicidaires que j’ai dans la tête. Je vois pas comment les choses pourraient s’arranger. Ça va un peu mieux. Puis paf. Ça retombe. Et il faut se relever, a chaque fois. Et c’est pénible. Je sais pas si je serais capable de continuer comme ça encore longtemps. Je crois pas que j’en serais capable.
Alors on fait quoi ?

Je peux pas mourir comme ça. Je suis trop loin de… Qui je dois être.
Y’a trop de choses que je voudrais connaître ou voir. Et j’ai pas la force, pas les moyens d’accomplir tout ça.
Alors on fait quoi ?

Je suis bloquée.

Je voudrais acheter de la codeine. Paraît que ça aide a avoir confiance en soi. Puis c’est légal.
Je me fais pitié.

Je rentre chez mes parents demain. Ça me stress. J’ai peur qu’ils s’engeulent. Pas la force de supporter leur debilité. Pas envie de me retrouver entre eux dans ce genre de situation.
Et ma mère qui va me parler de ses problèmes. Comme si j’y pouvais quelque chose.
Si ça se trouve ça se passera bien. Si ça se trouve non.

La semaine prochaine, ma soeur vient dormir deux nuits chez moi. Ça me stress. Je voudrais que ça me fasse plaisir. Mais ça me stress. J’ai pas envie d’être sympa. Accueillante. Marrante. J’ai pas envie de partager mon appart.
Mais j’ai pas le choix.

Je suis qu’une incapable.
Je suis moche. Seule. Inutile. Idiote.

Je devrais envoyer un mail a mon psy. Il devrait le lire demain matin.
Genre "eh ! Bonjour ! J’ai envie de me tuer. Voilà voilà." J’ai peur aussi de me dévoiler. De dire aux autres combien ça va mal. Parce que j’ai peur de finir hospitalisée. Ce que je ne veux pas. Tu sais les psys, ils leur en faut peu pour nous faire hospitalisé. Ils sont dans leur fauteuil, ils veulent prendre aucun risque. Je crois que mon psychologue me fait confiance. Il a déjà tenté de me faire hospitalisée une fois. Mais c’était a une autre époque. Il me connaît bien maintenant.
Bon écoutes. Je vais manger. Et je lui écris un mail. Ça devrait rien empirer du tout. Au pire… J’aurais essayé quelque chose !

]]>
2017-03-23T19:02:48+01:00
http://optima.journalintime.com/euh euh? Pff. Je crois que venir écrire ici pourrait me faire du bien. Gros coup de mou aujourd'hui. Juste envie de TOUT envoyer pêtre. J'avais envie de me droguer et d'être complètement stone. Étendue sur mon lit. Plus rien dans le crâne. Juste du vide. Du blanc. Une pause. Mais je ne suis pas très chaude pour aller parler aux dealers de ma ville. Haha! Et puis il y aurait eu le risque d'un bad trip. Alors au final, j'ai passé la journée a me lamenter. A me rappeler a quel point j'étais nulle. Et incapable. Il faut que je me trouve un projet auquel me rattacher. Un truc artistique. Pff. Je crois que venir écrire ici pourrait me faire du bien.

Gros coup de mou aujourd’hui. Juste envie de TOUT envoyer pêtre. J’avais envie de me droguer et d’être complètement stone. Étendue sur mon lit. Plus rien dans le crâne. Juste du vide. Du blanc. Une pause.
Mais je ne suis pas très chaude pour aller parler aux dealers de ma ville. Haha ! Et puis il y aurait eu le risque d’un bad trip.

Alors au final, j’ai passé la journée a me lamenter. A me rappeler a quel point j’étais nulle. Et incapable.

Il faut que je me trouve un projet auquel me rattacher. Un truc artistique. Enfin créatif.
Sauf que je me mets toujours trop la pression en ce moment. Sur le coup je suis contente et puis après je me dis que ça ne vaut rien, c’est de la merde, blablabla.

J’ai vu mon psy la semaine dernière. On a parlé de mon achat d’un nouvel appareil photo. Un plus petit et plus légers que mon reflex. C’est comme avoir une grosse voiture ou une moto. Avec la moto, on peut aller partout, y compris dans les petites ruelles. Enfin bref, je voudrais un nouvel appareil pour sortir dehors. Pour pouvoir l’avoir toujours sur moi. Mais bon. Je sors pas.
Putain.

Et j’ai l’impression que le fait que je me sente prisonnière chez moi (telle une princesse dans son donjon ouaich) me fais me sentir prisonnière dans… C’est comme si tu vois, y’avais mon cerveau, taille normale. Et qu’il y’avait une petite boite dedans. Et que je ne puisse me servir que de cette petite boite. Enfin, je me sens limitée quoi. Tu vois, je passe vraiment beaucoup de temps chez moi. Je voudrais en profiter pour m’instruire. Lire, apprendre. Je fais un peu de philo, mais genre 30 minutes par jour. C’est si peu comparé a tout ce que je devrais faire ! Mais j’y arriiiiveeeeee paaaaas. Rrrr.

Mon ancienne prof de français était garée juste devant chez moi aujourd’hui. Une façon de me rappeler ma nullité. J’ai honte. Pourquoi je lui ai écrit ce putain de mail? !
Je me sens mal a chaque fois que je pense a elle. Tant que j’habiterai ici, je sais pas si je pourrais me défaire de cette honte.
Je devrais peut-être lui renvoyer un mail pour m’expliquer ? Demander qu’on se revoit pour se quitter correctement. Je sais pas si j’en serais capable. Je sais pas si c’est une bonne idée. Mais ça vaut peut-être le coup d’y penser…

J’ai un nouveau tatouage depuis dimanche. Le truc cool de ces derniers jours. Il beau. Tellement beau. Je suis trop fière de moi. J’ai hâte de pouvoir l’exhiber. Haha :)

Sinon, je pense toujours au suicide. Pas de date de prévue. Je dois attendre encore un peu avant de trancher. J’ai besoin de savoir un peu plus comment ma guérison va pouvoir évoluer dans les années a venir. J’ai encore du pain sur la planche avant de crever.

]]>
2017-03-21T20:09:33+01:00
http://optima.journalintime.com/Tu-pourrais-t-acheter-un-camion-entier-de-Kit-Kat "Tu pourrais t'acheter un camion entier de Kit-Kat!" C'était difficile pour moi ces deux-trois derniers jours. Fatigue, moral en baisse, envie et le courage de rien. Puis hier matin tada! mes règles m'ont dit "hey! Coucou, c'est nous!". Et j'ai jamais été aussi heureuse d'avoir mes règles. Parce que: 1-Tout s'expliquait! Et j'étais rassurée de pouvoir donner une explication claire a mon moins bien être 2-Mon cycle a été plus court que la fois dernière (je passe de 68 a 43 jours) ce qui veut probablement dire que mon traitement pour la thyroide fonctionne et que tout va finir par rentrer en ordre... 3-Je n'ai pas totalement C’était difficile pour moi ces deux-trois derniers jours. Fatigue, moral en baisse, envie et le courage de rien. Puis hier matin tada ! mes règles m’ont dit "hey ! Coucou, c’est nous!". Et j’ai jamais été aussi heureuse d’avoir mes règles. Parce que:
1-Tout s’expliquait ! Et j’étais rassurée de pouvoir donner une explication claire a mon moins bien être
2-Mon cycle a été plus court que la fois dernière (je passe de 68 a 43 jours) ce qui veut probablement dire que mon traitement pour la thyroide fonctionne et que tout va finir par rentrer en ordre...
3-Je n’ai pas totalement déraillée mentalement comme la fois dernière, and ça c’est trop bien !

Aujourd’hui ça va déjà bien mieux. J’ai réussie a m’activer pour faire des trucs. Il fait plus clair dans mon esprit ! Aaaah :)

Sinon il s’est passé un truc de fou mardi matin. Je faisais la vaisselle quand j’ai reçu un texto de ma banque. Beaucoup d’argent est arrivé sur mon compte. Dix-huit mille euros. C’est tout l’argent de l’AAH que l’on attend depuis siii longtemps. Genre deux ans. Pfff, ça fait vraiment beaucoup d’argent. Je suis très contente, je ne vais pas cracher sur cette somme mais… Je culpabilise. Avoir tout cet argent alors que je n’ai rien eu a faire pour l’obtenir a par attendre. Certes, je suis malade et c’est pas cool. Mais… mes parents et mes frères et ma soeur travaillent tout les jours pour construire leur vie. Moi j’ai jamais travaillé de toute ma vie et bam 18 000 d’un coup. Je le mérite pas. Pas par rapport a mon niveau de maladie mais par rapport a qui je suis. Arf c’est compliqué a expliquer.

Et donc, j’avais envie de fêter ça. M’offrir un truc exceptionnel. Mais a part de la bouffe (genre Liegeois, kit-kat, céréales,...) j’ai pas réussi. Déjà, j’ai trop envie de faire plaisir a ma famille. A chaque fois que je réfléchis a ce que je pourrais acheter, je me dis "oh, je pourrais acheter ça pour Maman, ou bien ça ! Ou alors ceci pour M?". Je voudrais les couvrir de cadeaux. Mais je peux pas. Pour deux raisons. 1) je ne peux physiquement pas acheter ces choses (explications plus tard) et 2) ils ne serait pas très contents et me diraient de garder mon argent pour moi. Il faut que je trouve un juste milieux. Je peux leur offrir un truc, mais du coup, je dois bien choisir cette chose...
Ensuite, quand j’arrive enfin a penser a quelque chose qui me plairait… Et bien je ne peux pas aller l’acheter. Et ça, c’est affreux. J’ai de plus en plus de mal a sortir de chez moi. C’est insupportable. Je suis bloquée chez moi. J’ai de l’argent. Je pourrais faire tellement de choses, alller acheter des chaussures au centre commercial, partir quelques jours chez mon frère ou aller enfin voir a quoi ressemble l’Italie ! Je pourrais faire des photos en argentique puisque j’aurais de quoi payer le développement. Mais non. Je peux pas. Ce qu’il me manque vraiment n’a rien a voir avec de l’argent. C’est juste, en moi qu’il manque quelque chose. Je ne veux pas acheter quelque chose pour posséder ce quelque chose. Je veux vivre des moments de vie. Et j’y arrive pas. Déprimant.

Dans les jours/ semaines a venir, je dois/veux m’acheter quand même;
-une imprimante (depuis le temps que j’en parle!!!)
-développer des photos promises a mes parents y’a 2 mois
-me trouver un matelas d’appoint parce que ma soeur vient dormir fin mars chez moi. Pas envie de dormir par terre ^^

Après j’ai des vues sur un livre d’histoire de l’art mais je travaille déjà sur un livre de philo en ce moment. Y’a un livre que j’ai promis a ma mère (Miracle Morning). Y’a un livre que je voudrais acheter pour ma soeur ou ma mère (Ne ramenez jamais une fille du futur chez vous). Je dois acheter No Tabac de Robert West pour mon grand frère. J’aimerais acheter du thé avec ma soeur. Je serais tentée par un livre "cherche et trouve géant" pour mon neveu. Je partirai bien a la recherche d’un beau doudou pour le bébé a venir (c’est moi qui avait acheté celui de mon premier neveu, je suis une spécialiste des doudou moi!). J’ai besoin d’un nouveau cahier pour mon JI papier. Et puis je louche un peu sur un appareil photo mais comme j’en ai déjà un… Bon, je ne commence pas a parler de cet appareil sinon on en a pour de lustres. Ah et il faut vraiment que je refasse ma coloration ! Haha !
Mais bon, pour acheter tout ça… je dois sortir en Ville… Fais chier. Vraiment chier.

Du coup, j’essaie de me dire que j’ai tout le temps, cet argent ne va pas s’envoler. Je pourrais faire mes achats au fur et a mesure avec ma maman. Bon c’est rageant quand même. Mais après tout, l’essentiel, c’est que je sois enfin autonome financièrement!! !
... Quand je commence a perdre de mon autonomie au niveau des sorties…

]]>
2017-03-10T18:13:41+01:00
http://optima.journalintime.com/recherche-PCRG recherche PCRG Chez mes parents. Je peux rentrer chez moi demain ou bien mercredi. Et je ne sais pas me décider! Ici, c'est pas horrible, mais c'est tendu entre les parents (j'ai été prise en otage tout à l'heure!). Et chez moi, ça devrait être cool. Genre comme d'habitude. Mais en vrai, ça me stresse de retourner chez moi. J'ai peur qu'il se passe un truc. Avec les voisins ou dans la rue. Ou peut-être avec moi-même. Je ne suis pas sereine à l'idée de retourner chez moi. Quelle connerie, ça c'est de la régression! Je me déteste d'être stressée quand je pense à mon chez moi. Alors ouais, Chez mes parents.
Je peux rentrer chez moi demain ou bien mercredi. Et je ne sais pas me décider ! Ici, c’est pas horrible, mais c’est tendu entre les parents (j’ai été prise en otage tout à l’heure!). Et chez moi, ça devrait être cool. Genre comme d’habitude. Mais en vrai, ça me stresse de retourner chez moi. J’ai peur qu’il se passe un truc. Avec les voisins ou dans la rue. Ou peut-être avec moi-même. Je ne suis pas sereine à l’idée de retourner chez moi. Quelle connerie, ça c’est de la régression ! Je me déteste d’être stressée quand je pense à mon chez moi.

Alors ouais, j’ai été "prise en otage" tout à l’heure. Mon père est crevée. Pas ma mère. J’ai proposé de faire un jeu avec elle. Mais elle voulait regarder un film avec mon père. Donc ils s’installent.
Ma mère : t’es sur que ça va aller si on joue pas ce soir?
Moi : ouais, c’est bon!
Mon père : Nan mais jouez ! (en sous texte : je ne tiens pas plus que ça à regarder de film, je voudrais aller me coucher!)
Ma mère : On peut regarder le film?
Moi:...
Donc là, si je dis "oui, regardez le film", mon père ne va pas être contant. Si je dis "non je veux jouer", ma mère va être déçue. J’avais pas envie de prendre part à ça plus longtemps, alors je suis partie.
Ma mère vient de venir me voir; le film est nul.
Enfin, tout ça pour dire qu’on est nul en communication dans la famille. Et alors mes parents ! Ils battent tout les records ! RRRrrrrrr.

RAV (rien à voir) mais j’aimerais vraiment… connaître les joies du sexe avec une autre personne. Au moins faire ça avant de me suicider (en plus du rangement et de voir Les Romains de la décadence en vrai -entre autre- ). Mais j’ai vraiment aucune idée de comment m’y prendre. Je voudrais un mec (un mec, oui) qui prendrait en compte mes difficultés sociale et aussi le fait que… bah je suis très débutante. J’ai un certain avantage; je me masturbe. La base. Et c’est déjà pas mal. Mais ce n’est pas du tout satisfaisant pour moi. J’en veux plus. Je veux passer un palier dans ma vie sexuelle. Je veux forniquer avec une autre personne que moi-même. Mais je disais, je veux un mec qui prenne en compte ces deux aspects de ma personnalité (difficulté sociale + inexpérience). Donc il lui faudra de la patience, de l’indulgence, de la pédagogie,... Et puis il faudrait qu’il me plaise physiquement, histoire que je ne me traumatise pas avec un type qui me dégouterait. Je sais que j’aurais besoin d’avoir envie de lui pour le laisser me toucher. ET OU JE TROUVE CE MEC MOI ? Ce PCRG (Plan Cul Régulier Gentil).
J’ai l’impression que tout les mecs à qui je pourrait demander ça (des gars rencontrés dans la rue) ne sont que des cons qui ne sont pas capable de voir la beauté que peut être l’acte sexuel.
Je pourrais demander à N. ? Mauvaise idée, ce serait trop bizarre.
Mais alors qui ? Où sont les mecs bien?!
"Un seul être vous manque et la Terre est dépeuplée" (c’est bien ça?). Bah la Terre est dépeuplée. Mais c’est tout.

]]>
2017-02-25T21:31:41+01:00
http://optima.journalintime.com/Elle-en-dit-trop Elle en dit trop :/ Et ça recommence. Ça arrive tranquillement, sans que je m'en rende compte. Et d'un coup BAM c'est là. Elle me dit des trucs que je ne devrais pas entendre venant d'elle. Parce que je suis sa fille. "Je n'aime pas ce que ma vie est devenue. Je regrette mes choix de vie. Mon mari, mes enfants. Oh, et tu penses que ce serait bien que je me fasse hospitaliser en psychiatrie?" Elle croit quoi? Que je vais lui répondre: "t'as raison Maman, ta vie ne vaut rien. Divorce, fais ta valise et va refaire ta vie loin de nous, loin de l'échec que nous sommes tous!". J'en ai marre. Je voudrais bien Et ça recommence. Ça arrive tranquillement, sans que je m’en rende compte. Et d’un coup BAM c’est là.

Elle me dit des trucs que je ne devrais pas entendre venant d’elle. Parce que je suis sa fille. "Je n’aime pas ce que ma vie est devenue. Je regrette mes choix de vie. Mon mari, mes enfants. Oh, et tu penses que ce serait bien que je me fasse hospitaliser en psychiatrie?" Elle croit quoi ? Que je vais lui répondre : "t’as raison Maman, ta vie ne vaut rien. Divorce, fais ta valise et va refaire ta vie loin de nous, loin de l’échec que nous sommes tous!".

J’en ai marre. Je voudrais bien l’aider mais bordel, je suis sa fille avant tout ! Je veux bien avoir des discussions sérieuses avec elle. L’aider a y voir plus clair sur certaines choses. Mais qu’est ce que tu veux que je lui dise a propos de son mariage? ! Chère Maman, ton mari est aussi mon père en fait. Il est aussi le père de mes frères et de ma soeur. Si tu dois prendre une décision radicale a votre sujet, ne me mêle pas a ça s’il te plaît.

Faut vraiment que je trouve le moyen de lui expliquer qu’elle ne peut pas tout me dire. Notre relation entre elle est moi n’a jamais été aussi bonne. Mais elle n’est pas bonne pour autant. A cause de ça. Elle s’imagine que parce que je lui demande parfois de l’aide, elle devrait m’en demander aussi ? Enfin ouais, il faut que je pose des limites. Aie. Ça va être difficile. Si j’y arrive pas (ce qui est fort probable) il faudra que j’en parle a mon psy. Lui il saura bien quoi lui dire.

Aaaah. Mais en même temps notre relation est basée sur ça.

Pitié, je ne veux pas me marier, je ne veux pas avoir d’enfants. Je ne veux surtout pas finir comme mes parents. Pitié.

]]>
2017-02-23T21:21:53+01:00
http://optima.journalintime.com/Joie-intellect-suicide Joie - intellect - suicide Oh, c'était une belle journée. Je ne m'en suis pas vraiment rendu compte au moment où je la vivais, mais maintenant qu'elle s'achève, et que je la regarde d'en haut, je la trouve très belle. Pourtant rien d'ultra extra-ordinaire. J'ai fait du ménage, une lessive. J'ai regardé un peu de la série "The bridge". J'ai fait une petite vidéo qui est en train de charger sur YouTube. Et puis, ma sœur et son fils ont passé une heure chez moi en fin d'aprem. Mon neveu sait enfin dire mon prénom! Il parait qu'il s'entraîne tout le temps, même tout seul dans sa chambre. C'est mignon :) Je me Oh, c’était une belle journée. Je ne m’en suis pas vraiment rendu compte au moment où je la vivais, mais maintenant qu’elle s’achève, et que je la regarde d’en haut, je la trouve très belle.
Pourtant rien d’ultra extra-ordinaire. J’ai fait du ménage, une lessive. J’ai regardé un peu de la série "The bridge". J’ai fait une petite vidéo qui est en train de charger sur YouTube. Et puis, ma sœur et son fils ont passé une heure chez moi en fin d’aprem. Mon neveu sait enfin dire mon prénom ! Il parait qu’il s’entraîne tout le temps, même tout seul dans sa chambre. C’est mignon :) Je me demande pourquoi il m’aime tant. J’aimerais bien lui demander mais bon… pas sur que j’obtiendrais une réponse très claire, haha ! Est-ce juste à cause du fait qu’il me voit assez souvent ? En tout cas, même s’il n’a que deux ans, ça me fait plaisir...
Depuis lundi, je "travaille". Genre scolairement. Je fais de la philo. Je lis "S’estimer soi-même avec Descartes" de Mathias Roux. Je lis le texte, puis je surligne les notions importantes et enfin j’écris ce que j’ai compris et ce que je veux retenir dans un cahier. Je pense qu’on peut qualifier ce livre "d’accessible". Il n’est pas extrêmement simple, mais la plupart des gens pourrait le lire. Je pense. Je demanderais à quelqu’un de mon entourage de le lire pour me donner une idée plus précise sur la question. Mais bref, c’est beaucoup d’efforts pour moi de faire cet exercice de lecture. Les dix premières minutes sont presque une souffrance pour moi. j’ai énormément de mal à me concentrer. Les trois fois où je l’ai fait je me suis vite dit "nan, j’abandonne, c’est trop dur. Tant pis.". Mais je me disais tout de suite après "ouais mais ça va être un trop gros échec si j’abandonne, aller, je continue, courage!". Je relis plusieurs fois les mêmes phrases jusque à ce que ça fasse du sens dans ma tête. Puis, une fois que j’ai écrit mon "cours", une fois que je peux me dire "j’ai compris ça, j’ai appris ça"... quelle satisfaction ! Je me sens super bien après cet instant de travail intellectuel. C’est magique. Et la satisfaction est tellement forte, que le lendemain, j’y retourne, même si c’est très dur au début.
J’ai arrêté le lycée y’a 3 ans et j’avais arrêté de travailler bien avant d’arrêter les cours définitivement. Je me suis rendu compte en travaillant depuis lundi que ouais, je dois avoir des problèmes de concentration/compréhension. De plus, je fais de plus en plus de fautes d’orthographe/conjugaison j’ai l’impression. Avec ce constat, je pourrais me dire "ouais, l’école, c’est pas fait pour moi". Mais non, non, non. Je vais m’entraîner. Travailler un peu chaque jours. Et j’ai espoir que ça change. L’intelligence est une des choses les plus précieuse que j’ai, et je compte bien la cultiver. Je ne dis pas que je suis plus intelligente que la plupart des gens, c’est juste que… bah si on me donnait le choix entre être un peu moche mais intelligente ou super belle mais un peu idiote, et bien, je choisirais la première option.

Mon nouvel objectif dans la vie est de passer le DAEU. Pas de secret pour ça, je dois me remettre au travail !

Sinon je continue de me lever à 7h15. Je me réveille en forme mais j’ai une baisse d’énergie en milieu de journée. Je ne pense pas manquer de sommeil pour autant puisque je m’endors vers 22 heures -22 heures 30. En même temps, je ne vais pas devenir la meuf la plus enthousiaste à l’idée de vivre du jour au lendemain, haha ! En parlant de ça… je pense un peu eu suicide en ce moment mais… d’une drôle de façon. Je ne sais pas trop comment l’expliquer. Je ne hais pas la vie. Mais j’arrive à un moment où trop, c’est trop. J’en peux plus de m’épuiser à tenter des choses pour retomber au même endroit ensuite. Je fais des progrès ici, mais je régresse là. J’ai l’impression que je ne serais jamais guérie. Et mon but n’est vraiment pas de vivre seule grâce à l’AAH toute ma vie. Je veux sortir de chez moi, socialiser, étudier, travailler,... Et si je n’arrive pas très bientôt à tout ça… Et bien je me suiciderais, comme on essaye une nouvelle marque de lessive parce l’autre n’enlève pas assez bien les tâches.

]]>
2017-02-22T20:47:31+01:00
http://optima.journalintime.com/Ni-princesse-ni-wesh-Banale Ni princesse ni wesh. Banale? Pas écrit depuis quelques jours. Du coup j'ai des tas de trucs a raconter. Mais je ne vais pas pouvoir tout dire je crois. Ça va bien. Je suis un peu tendue genre stressée, mais ça va. Je mets mon réveil a sonner a 7h15 tout les matins. Hier soir, je me suis couchée un peu plus tard que d'habitude. Je me suis dit; "c'est dimanche demain, je peux bien dormir une heure de plus." et j'ai mis mon réveil a 8h15. J'ai été tellement surprise quand je me suis réveillée naturellement ce matin et que le réveil affichait 7h15! Je suis dans un mood positif en ce moment. Je me lève tôt et Pas écrit depuis quelques jours. Du coup j’ai des tas de trucs a raconter. Mais je ne vais pas pouvoir tout dire je crois.

Ça va bien. Je suis un peu tendue genre stressée, mais ça va.
Je mets mon réveil a sonner a 7h15 tout les matins. Hier soir, je me suis couchée un peu plus tard que d’habitude. Je me suis dit; "c’est dimanche demain, je peux bien dormir une heure de plus." et j’ai mis mon réveil a 8h15. J’ai été tellement surprise quand je me suis réveillée naturellement ce matin et que le réveil affichait 7h15 !

Je suis dans un mood positif en ce moment. Je me lève tôt et je fais bien plus de choses que d’habitude. Mais… je me met la pression… J’ai du mal a me détendre. Du mal a apprécier un épisode d’une série sans penser a tout ce que je devrais faire. Et ça me… fatigue. D’un sens je suis contente de faire toutes ces choses mais d’un autre… j’ai l’impression d’y aller trop fort. J’ai peur de ne pas tenir le rythme. Je me dis que c’est peut-être juste un pli a prendre ? On verra comment ça évolue.

J’écris un roman depuis environ deux semaines. Pas du tout avec l’intention d’être publiée. Je le vois plus comme un exercice d’écriture plutôt plaisant pour progresser. J’ai écrit 16 pages et demi pour l’instant.
J’aimerais avoir l’avis de quelqu’un mais… c’est tellement personnel en fait.
J’en ai parlé a mon psy vendredi. C’était marrant.
J’espère que je vais réussir a poursuivre cette entreprise. Par le passé, j’ai déjà débuté un roman (environ 35 pages ? 40?) et en fait… C’était de la merde… Mais j’ai passé de bons moments a écrire cette merde alors, c’pas grave ^^
C’est une chose d’écrire a peu prés bien. C’en est une autre de tenir sur la durée en organisant ses idées et tout ça.

Ma ville se dégrade… Y’a des tags sur mon immeuble, tout a l’heure j’ai vu des poubelles qui ont brûlées et puis en début de semaine (ou le weekend dernier?) j’ai vu un jeune dealer sur mon parking. Halala. Mais je continue d’avoir de l’amour pour cette ville. Il m’en faudra plus pour me faire partir d’ici (des voisins cassos par exemple).
Ça fait quatre ans et demi que j’habite ici. Je me demande si j’ai quand même l’air d’une campagnarde aux yeux des gens qui vivent là depuis toujours...
Je me sens a la fois dans mon élément ici et a la fois pas du tout. Est-ce qu’il existe seulement un endroit où je pourrais me sentir dans mon élément ? Je ne suis pas riche, mais pas vraiment pauvre non-plus. Je m’habille simplement (genre jean, baskets, t-shirt). Je ne me maquille pas très souvent. J’ai aucun diplôme. Je ne parle pas le ouaich-ouaich sa mère la pute. J’ai une sorte de culture mais elle est loin d’être extravagante.
Je ne suis ni une Princesse ni une Wesh. Suis-je banale pour autant ?

Sinon… Oh ! Hier, le petit-fils de ma voisine portugaise était venu chez elle. Et quand sa mère est venu le chercher, il a dit au revoir a sa grand-mère en portugais. Elle était trop contente, ça devait être la première fois qu’il le faisait.
(J’ai entendu tout ça de chez moi, les portes d’entrée sont super mal isolées). Je me souviens, ce petit garçon avait genre 3 ans quand je suis arrivée. Du coup il peut avoir 7 ans aujourd’hui ! Je le vois très rarement mais du coup je suis trop choquée de comment il grandit!! ! Wooow, le temps passe vite ! C’est pareil, y’a des jumeaux qui viennent chez leur père le weekend (je les ai pas vu depuis un moment d’ailleurs) et ils ont trop grandit!! ! Et mon neveu aussi il va grandir trop vite :O (il a deux ans).

Bon bon bon. Je pourrais parler encore longtemps mais euh… j’ai mal aux doigts on va dire (je suis sur mon portable). Je repasse peut-être tout a l’heure, ou demain, ou dans une semaine, ou…

Ah ouais, faudrait que je parle de ça… Bon rapidement alors. Tu sais, j’ai voulu imprimer ma première année ici en version roman. J’y avais vachement travaillé et tout. Et puis au moment de payer sur le site de l’imprimeur (BoD) ça m’a paru louche. J’ai dit "je vais demander ça a Papa!". J’ai montré le truc a mon père et il a trouvé ça bizarre aussi. Donc, le projet tombe a l’eau :( Et hier soir j’ai lu des témoignages sur ce site et… mouais, c’est pas net. Je suis déçue mais bon… j’ai quand même appris des trucs sur la mise en page des livres…

Par contre si vous pouviez arrêter de rouler en scooter tout le dimanche, ce serait bien les jeunes !

]]>
2017-02-19T18:08:57+01:00
http://optima.journalintime.com/De-nuit De nuit. Je cherchais des anciens résultats de prise de sang cet aprem, quand je suis tombée sur un mot que mon psy m'avait écrit, a nos débuts. La frontière entre mal traitance et "bien traitance" est assez flou pour moi. Mon psy et mon ancienne psychiatre m'ont posés, au début de notre collaboration, des questions au sujet de mon père. Pour caricaturer: "il vous mal traitait oui ou non?!". Mais j'avais du mal a répondre a ces questions. J'ai eu très longtemps peur de mon père. Jusqu'à il y a encore peu de temps. Il peut se montrer parfois très... je ne sais pas si on peut dire Je cherchais des anciens résultats de prise de sang cet aprem, quand je suis tombée sur un mot que mon psy m’avait écrit, a nos débuts.

La frontière entre mal traitance et "bien traitance" est assez flou pour moi. Mon psy et mon ancienne psychiatre m’ont posés, au début de notre collaboration, des questions au sujet de mon père. Pour caricaturer : "il vous mal traitait oui ou non?!". Mais j’avais du mal a répondre a ces questions. J’ai eu très longtemps peur de mon père. Jusqu’à il y a encore peu de temps. Il peut se montrer parfois très… je ne sais pas si on peut dire "violent" mais il sait être effrayant. Y’a encore quelques semaines ma mère me disait au téléphone un soir qu’il s’était énervé et qu’elle avait eu peur (bien le genre de truc a aller raconter a sa fille!). Je crois qu’il n’a jamais était "violent" avec mes frères et soeurs comme il a pu l’être avec moi.

Je me souviens de moi, petite fille, courant dans notre long couloir pour lui échapper. Je revois le carelage de notre ancienne maison. La lumière. L’efraiment.
Petite, j’avais des problèmes pour m’endormir et je me réveillais la nuit. J’avais peur du noir. J’avais peur de sombrer dans le sommeil. Toutes les chambres se trouvaient a l’étage, mais les toilettes étaient au rez-de-chaussée. J’avais peur de descendre seule dans cette grande maison plongée dans le noir. Alors, j’allais réveiller ma mère pour qu’elle m’accompagne jusqu’aux toilettes. Elle y passait aussi, et on remontait dans nos chambres respectives. Je ne me souviens pas qu’elle s’en soit plainte. Mais mon père, mes insomnies, ça le rendais fou.

Je me souviens tout particulièrement d’une nuit. On dormais au deuxième étage dans la maison des parents de mon père. Je n’arrivais pas a dormir. Ma mère a du demander a mon père de s’occuper de moi. Ce qui ne lui a pas plu. On est descendu en bas. Il était énervé. Je pleurais je crois. Oui. On est allé dans la cuisine, pour ne pas faire de bruit pour tout les autres qui dormaient. Il a du m’engueuler. Puis, on est sortit dehors. Il y’a un lampadaire sur la rue dont la lumière éclaire une partie du jardin. Mais je me souviens surtout de ce ciel étoilé. Magnifique. Limpide. Un ciel tellement serein en comparaison de ce que je ressentait. On est allé dans une caravane. Je ne vois pas ce que notre caravane pouvait foutre là, donc c’était sans doute celle de mes grands parents, sortie du garage pour faire de la place aux voitures. J’ai fini par m’endormir. Sans doute épuisé d’avoir eu peur, d’avoir trop pleuré. Mais… j’ai le sentiment, depuis très longtemps, qu’il s’est passé quelque chose de grave cette nuit là.
Et je ne sais pas, je n’arrive pas a savoir si… j’ai une sorte d’amnésie a ce sujet ou si juste, il ne s’est rien passé de si grave que ça et que juste, j’ai surreagie. Je ne sais pas.

Mon ancienne psychiatre avait laissé entendre que j’avais du subir un traumatisme pour être tel que je suis.
Mais je sais pas. Je suis juste soulagée d’avoir grandi et d’avoir plus de force pour me défendre, ou au moins pour me remettre plus vite de certains événements déplaisants.

Mon psy, il y a environ trois ans, sentais qu’il y avait peut-être eu quelque chose. Mais je ne savais pas quoi lui dire ! J’étais perdue. En fin de séance, il a alors pris une feuille blanche. Il a écrit un message dessus et a plié la feuille en quatre. Il a mis du scotch sur les deux parties ouvrables de la feuille. Il m’a dit que je pouvais jeter ce papier. Ou l’ouvrir et lire ce qu’il y avait d’écrit. Je pouvais y répondre ou ne pas y répondre.
J’ai ouvert la feuille.

"Que s’est-il passé la nuit?"

]]>
2017-02-11T21:48:56+01:00
http://optima.journalintime.com/Maladie-de-la-thyroide Maladie de la thyroide Bon. Il s'est passé un truc quand même la semaine dernière. Jeudi 2 février 2017, chez l'endocrinologue. Il semblerait que j'ai vraiment un problème de thyroide. Genre pas un truc passager du a mon "traitement psychiatrique". Vu la taille de ma thyroide et les chiffres de ma TSH, il semblerait que ce soit plutôt une maladie auto-imune. Je met tout ça au conditionnel parce que je n'ai vu le médecin qu'une seule fois et ça a été plutôt rapide. Mais... y'a de très fortes chances pour que ce soit ça. Le médecin a dit que vu la grosseur de ma thyroide, j'avais des raisons de me Bon. Il s’est passé un truc quand même la semaine dernière. Jeudi 2 février 2017, chez l’endocrinologue. Il semblerait que j’ai vraiment un problème de thyroide. Genre pas un truc passager du a mon "traitement psychiatrique". Vu la taille de ma thyroide et les chiffres de ma TSH, il semblerait que ce soit plutôt une maladie auto-imune. Je met tout ça au conditionnel parce que je n’ai vu le médecin qu’une seule fois et ça a été plutôt rapide. Mais… y’a de très fortes chances pour que ce soit ça. Le médecin a dit que vu la grosseur de ma thyroide, j’avais des raisons de me sentir mal, haha ! Et ma mère a demandé (j’avais oublié de le faire) si ça pouvait jouer sur le cycle menstruel. Il a dit que oui. Donc mon petage de câble était peut-être bien hormonale ! Moi je lui ai demandé si j’aurais ce problème genre… toute la vie quoi. Et il a répondu que heh, oui, c’est fort probable !
Ce matin-là j’étais pas en super forme. On a vu l’assistante sociale avant de voir l’endocrino. J’avais pas envie de parler, je voulais juste rester dans mon lit ! J’ai même pleurer un peu dans le bureau de l’AS. Mais, l’endocrino… comment dire, il m’a fait bonne impression. J’avais pas peur de lui quoi. J’avais confiance ouaich. Bon, ok j’étais un peu intimidé, mais ça va. Et c’est super ça parce que je vais le revoir encore… pas mal de fois. Là je le revois dans deux mois environ (un peu moins maintenant) pour voir si mon état s’améliore. Je prend donc un médicament, le Levothyrox. Il faut le prendre le matin, a jeun, et donc, il ne faut pas manger tout de suite après.

Et le truc amusant dans tout ça, c’est que je suis la moins inquiète vis a vis de ce problème de santé. Genre quand j’en ai parlé a mon frère il était désolée pour moi et peut-être même inquiet ? C’est ma mère qui est la plus touchée de nous tous par cette maladie. Elle s’en tient responsable. Les maladies auto-imune, c’est un truc qu’on tient de son cote a elle. Ma tante a un truc assez grave (un truc trop compliqué a écrire ! Haha!) et ma soeur est diabétique de la même façon. L’endocrino a dit que j’avais du choper un microbe qui s’est transformé en maladie de la thyroide (je connais pas son nom pour l’instant et je vais pas faire de recherches sur internet. J’ai un bon médecin pour m’en parler il me semble). Donc ma mère s’en voulait. D’un sens je comprend, mais d’un autre… j’espère que cette culpabilité va vite lui passer parce que je ne lui en veux mais alors, pas du tout ! (Je lui ai dit).

Je vais peut-être regretter dans 1, 5, 15 ans ou plus ce que je vais écrire dans quelques secondes. Mais, d’un cote… je suis presque contente d’avoir une maladie de la sorte. Un truc qui se palpe, un truc qui se voit dans les prises de sang. C’est horrible a dire, mais je m’en réjoui presque. Enfin un truc de scientifique, de physique. Un truc qui se prouve (prise de sang). Je suis dépressive, agoraphobe et tout ça depuis tellement longtemps, et pourtant, je n’accepte pas cette maladie. Je me dis a moi-meme la pire chose qu’on pourrais me dire; "tu le fais exprès, c’est parce que tu fais pas d’efforts!". Aucune analyse scientifique ne prouve que je suis malade. Alors, j’ai du mal a accepter cette condition. C’est con, parce que l’acceptation, ça a du bon !
Depuis des années, je rêvais de me casser une jambe pour avoir un problème physique. Et là… ça y est, j’ai une maladie. Une vraie maladie (ne te meprend pas si t’es dépressif, c’est juste que c’est comme ça dans ma tête, donc je l’écris comme ça dans mon journal...). Un truc dont j’ai pas honte, un truc dont je vais pouvoir parler avec les gens, sans risquer de me prendre de mauvaise réflexion.

C’est pas non-plus hyper génial d’avoir ce truc. Ça reste une maladie. J’ai parfois mal aux jambes, je suis souvent fatiguée, des trucs du genre. Mais j’ai pas peur. C’est un problème hyper connu en 2017, pleins de gens en souffre (on en connaît dans notre entourage). Il existe un médicament. Si je dois me faire opérer, je le ferais. C’est chiant, mais c’est pas grave. Tant que j’ai mes yeux pour voir et mes mains pour écrire (et mes jambes pour marcher, et mes oreilles pour entendre et d’autres trucs auquel je pense pas), tout va bien. On peut vivre sans thyroide. C’est chiant, mais c’est pas graaaave.

Bon, par contre, j’imagine que ce serait une bonne chose que j’arrête de fumer pour de bon… (Sifflement de l’innocence, regard tourné vers le haut).

Du coup j’ai demandé a tout le monde (ou presque) si je pouvais toucher leur cou. Le premier que je touche, celui de mon frère. Et là, surprise ! c’est pas du tout comme moi. Genre lui c’est vide, et moi c’est plein (la tyroide gonflée). Ma soeur, c’est un peu moins flagrant, mon père ça ressemble un peu a mon frère et ma mère par contre, c’est plus comme moi (elle a aussi d’autres problèmes, c’est peut-être pas la thyroide mais...).
Je me trouvais particulièrement grosse au niveau du cou ces temps-ci bah… je sais pourquoi maintenant. A moins que ce ne soit vraiment que du gras, mais je ne pense pas.

Et du coup, comme je dois prendre le médicament (un de plus!) a jeun, je vais en profiter pour changer ma routine matinale. Quand j’ai su que je devrais prendre ce truc a jeun, ça m’a fait chier ! Mais j’ai vite trouvé du positif là-dedans. J’ai donc acheter le livre du Miracle Morning de Hal Elrod. Pour l’instant, ça me plaît. J’ai déjà fait sonner mon réveil a 7h15 ce matin. J’ai pris mon medoc, et j’ai lu. Je pense faire pareil demain.

Enfin voilà. J’crois que c’est quand même un truc super important dans ma vie. Ça méritait d’être écrit.

]]>
2017-02-10T18:29:19+01:00
http://optima.journalintime.com/Aller-mieux-changer Aller mieux - changer J'ai peur de changer en allant mieux. En guerissant. Peur de changer d'avis. De devenir banale, normale. Classique. Sans intérêt. De finir par n'être qu'une meuf lambda, une meuf qui se trouve un amoureux, qui va vivre avec. Une meuf qui accepte d'avoir des gosses. Une meuf qui croit au mariage, a l'amour éternel. Une meuf qui s'abandonne dans les autres. Qui oublie ses propres croyances. J'ai envie d'aller mieux. Mais je n'ai pas envie de changer. Je ne veux pas être quelqu'un d'autre. Et ça, je sais pas si c'est possible. Peut-être que la personnalité et le psychisme n'ont rien J’ai peur de changer en allant mieux. En guerissant. Peur de changer d’avis. De devenir banale, normale. Classique. Sans intérêt. De finir par n’être qu’une meuf lambda, une meuf qui se trouve un amoureux, qui va vivre avec. Une meuf qui accepte d’avoir des gosses. Une meuf qui croit au mariage, a l’amour éternel. Une meuf qui s’abandonne dans les autres. Qui oublie ses propres croyances.

J’ai envie d’aller mieux. Mais je n’ai pas envie de changer. Je ne veux pas être quelqu’un d’autre. Et ça, je sais pas si c’est possible.

Peut-être que la personnalité et le psychisme n’ont rien a voir. Mais peut-être pas.

J’ai peur que d’autres profitent de ma situation (de ma non-situation?) pour me modeler a leur image. Je serais capable de croiser Gorge, cambrioleur et de me mettre a voler. Je serais capable de croiser Pierre, boulanger et de me mettre a pétrir de la pâte a pain.
Je suis rien. Je suis malléable.
Ok, ce que je dis est faux. Mais… pas complètement non-plus je crois.

J’ai juste peur de devenir naïve, comme ces gens trop heureux.
Ou de croire que mon bonheur devrait passer par les mêmes étapes que la majorité des gens (Amour, mariage, enfant,...) alors que je suis persuadée du contraire actuellement.

Voilà…

]]>
2017-02-06T11:12:40+01:00
http://optima.journalintime.com/La-tempete-s-eloigne La tempête s'éloigne! Ça va mieux. Ah, ça fait du bien de retrouver... de se retrouver, tout simplement. Je m'étais manqué! J'arrive à reprendre ma vie, tranquillement. Ça va mieux. Ça va mieux. Ah, ça fait du bien de retrouver… de se retrouver, tout simplement. Je m’étais manqué !
J’arrive à reprendre ma vie, tranquillement.

Ça va mieux.

]]>
2017-01-31T15:13:53+01:00
http://optima.journalintime.com/Jamais-assez Jamais assez Ce sera jamais assez bien. Je serais jamais assez bien. Assez forte, assez intelligente. Assez belle. Jamais assez moi. Je me sens fade. Inutile. Tellement loin de qui je voudrais être. Et j'ai le sentiment que quoi que je fasse pour améliorer ça, ça marchera pas. Je serais jamais ce mec. Putain, ça va mal. Je devrais être dans le bureau de mon psy. Je suis sortie ce matin, mais pour acheter des clopes. Même pas été a la pharmacie qui est juste a coté alors que j'ai besoin de l'un de mes deux anti-depresseur. Je me sens mal. Ça va mal. Tout ça. J'avais pas la force d'aller Ce sera jamais assez bien. Je serais jamais assez bien. Assez forte, assez intelligente. Assez belle. Jamais assez moi.

Je me sens fade. Inutile. Tellement loin de qui je voudrais être.
Et j’ai le sentiment que quoi que je fasse pour améliorer ça, ça marchera pas.

Je serais jamais ce mec.

Putain, ça va mal. Je devrais être dans le bureau de mon psy. Je suis sortie ce matin, mais pour acheter des clopes. Même pas été a la pharmacie qui est juste a coté alors que j’ai besoin de l’un de mes deux anti-depresseur.
Je me sens mal. Ça va mal. Tout ça.
J’avais pas la force d’aller voir mon psy. Trop loin. Trop… Pas envie. Enfin si, un peu envie mais…
Ok. On s’en fou.

]]>
2017-01-30T10:51:03+01:00
http://optima.journalintime.com/Faire-une-pancarte Faire une pancarte! Bon bah ça va pas mieux hein. Journée très... urf. Lutter, lutter, lutter pour ne pas tomber tout au fond du trou. J'ai pas fait grand chose mais la journée est passé quand même... pas trop lentement. J'ai fait beaucoup (très beaucoup) d'ordi. J'ai commandé des trucs de tatouages. Je devrais le recevoir... mercredi? J'en saurais plus demain. Je suis un peu stressée pour la livraison. Je déteste, comme tu sais, ouvrir ma porte à des inconnus. Genre les bruits de sonnettes dans les films suffisent à m'angoisser, haha! Et puis j'ai peur de louper la livraison et que mon colis se Bon bah ça va pas mieux hein. Journée très… urf. Lutter, lutter, lutter pour ne pas tomber tout au fond du trou. J’ai pas fait grand chose mais la journée est passé quand même… pas trop lentement. J’ai fait beaucoup (très beaucoup) d’ordi. J’ai commandé des trucs de tatouages. Je devrais le recevoir… mercredi ? J’en saurais plus demain. Je suis un peu stressée pour la livraison. Je déteste, comme tu sais, ouvrir ma porte à des inconnus. Genre les bruits de sonnettes dans les films suffisent à m’angoisser, haha ! Et puis j’ai peur de louper la livraison et que mon colis se retrouve dans un point relais dans lequel je ne pourrais pas aller. J’ai pas de voiture (sans le permis, c’est mieux), et je ne prend pas les transports en communs. Et j’aimerais me débrouiller seule donc… donc voilà. Mais chaque chose en son temps. J’irai peut-être mieux à ce moment là ? En tout cas, ça me fait plaisir cette commande. Ça fait tellement longtemps que je veux ce papier carbone!! ! Depuis août environ. Je vais pouvoir me lancer dans un projet plus grand. Un truc qui va me demander du temps. Mais pas des mois non-plus. Juste ce qu’il me faut. J’ai déjà une petite idée, à retravailler. Ouais ok, je stress quand même beaucoup pour la livraison. Mais bon, soyons positif, ça va me faire un truc hors du commun dans ma vie. Peut-être que ça me mettra en difficulté et que je vais trembler pendant trois mille ans ce jour-là, mais c’est peut-être pas une mauvaise chose ! Aller, courage !

A part ça, j’ai réussi à écrire quelques lignes dans mon JI papier. Vraiment pas grand chose, mais c’est déjà ça.

Oh et puis. Merde. J’ai fumé une clope tout à l’heure. J’ai retrouvé un très très vieux paquet de tabac à rouler dans un placard. Le truc doit avoir… 6 ans ? C’était pas très bon, hein. Et puis j’ai trouvé une feuille (miracle). Ça m’a pas heurté les poumons ou la gorge. C’était plus le goût dans la bouche qui m’a gêné. Je pensais m’acheter un paquet demain mais… ce goût quoi. Et ça faisait 29 jours que je n’avais pas fumé.
Je vais jamais y arriver. Et… j’en viens à… comment expliquer. J’ai pas envie de fumer. J’ai juste envie de me droguer. Sauf que, heh, je ne connais bien que la clope et c’est quand même plutôt simple à se procurer. Mais je voudrais une drogue sans goût.
J’ai pris 3 stresam aujourd’hui. Mais l’effet n’est pas ouf. Il m’en faudrait au moins 5 en une prise pour que ça fasse du sens pour moi. Sauf que je ne peux pas me procurer de ce truc super facilement. Bon, il me reste quand même un peu plus de deux plaquettes, je pourrais en prendre plus… ouais.

Heureusement que j’ai changé de titre de journal parce que là, je ne suis vraiment pas d’humeur optimiste. Ah non. Je me sens couler. Glisser. Et j’arrive pas quoi. J’arrive pas à remonter le courant. Si ça reste comme ça encore quelques jours, ça peut aller. Mais si ça dure ? Mais si ça empire ? J’ai peur de finir par me sentir tellement mal que je devrais me rendre aux urgences… et risquer de me faire hospitaliser.
J’ai envie de rester cloîtrée chez moi. Sur mon lit, avec mon ordi. Les gens sont une agression pour moi. La réalité m’agresse. Je ne m’y retrouve pas. Comme si j’avais pas mal place dans la société.
Je fond. Plaf plaf, c’est le bruit de mon corps sur cette Terre.

Je vois mon psy demain. J’ai peur de pas savoir lui montrer à quel point ça va pas. Et s’il ne manifeste pas le fait qu’il a compris que je ne vais pas bien… uh. Ça va être dur à supporter. Je devrais me faire une pancarte ce soir avec écrit un truc du genre "ça va pas". Ou bien "sauvez-moi!" nan nan, pas ça ! Bah ça a peut-être l’air très con cette idée de pancarte dis comme ça, mais je vais quand même y réfléchir un peu. Haha.

Deux questions qu’il pourrait me poser : "pourquoi ça va pas?" et "ok, j’ai oublié la deuxième question?".
Pourquoi ça va pas:
-je sais pas
-c’est les hormones (mes règles + thyroïde)

Je vois l’endocrino jeudi. Et l’assistante sociale le même jour. Pas envie. Envie de voir PERSONNE.

Ah ! Au fait, j’avais un truc à dire en venant ici. Oui. Je suis assez désespérée par mon célibat. 23 ans de solitude. Haha. Mais j’ai pas envie d’en parler en fin de compte, je vais avoir l’air pathétique.

C’est l’heure d’aller manger. J’ai rien à manger… Bon, bah je crois qu’on va manger des Prince ce soir… avec du chocolat fondu tien. Pfff… désespérant.

]]>
2017-01-29T19:30:57+01:00
http://optima.journalintime.com/Le-tatouage-du-repis Le tatouage du repis Ça fait du bien. Ça fait tellement du bien. Mais c'est compliqué a expliquer... Ce soir, je me suis fait un nouveau tatouage. Genre... comme ça. A l'arrache. J'allais pas bien, encore. J'avais besoin de porter atteinte a mon corps. C'est dur a expliquer. C'est comme ça. C'est tout. Pas envie de psychoter sur le pourquoi du comment. J'avais besoin. J'ai pensé a mes cheveux. Au tatouage. Je me suis dit "fais-toi quelques lignes de scarification, ça suffira.". Mais non, ça suffira pas. Ce genre trace va trop vite a faire et puis, avec le temps, ça se dissout. J'avais besoin d'un truc Ça fait du bien. Ça fait tellement du bien. Mais c’est compliqué a expliquer...
Ce soir, je me suis fait un nouveau tatouage. Genre… comme ça. A l’arrache.
J’allais pas bien, encore. J’avais besoin de porter atteinte a mon corps. C’est dur a expliquer. C’est comme ça. C’est tout. Pas envie de psychoter sur le pourquoi du comment. J’avais besoin. J’ai pensé a mes cheveux. Au tatouage. Je me suis dit "fais-toi quelques lignes de scarification, ça suffira.". Mais non, ça suffira pas. Ce genre trace va trop vite a faire et puis, avec le temps, ça se dissout. J’avais besoin d’un truc fort.
Alors, je me suis fait un petit tatouage. Un cadre, a carré. Quatre lignes. Ça ne veut rien dire du tout. Peut-être le vide. Peut-être ma prison. Mais surtout rien. Rien. Juste le plaisir de tracer ces lignes noires dans ma peau. Et ça m’a fait du bien. Tellement de bien. J’ai du mal a comprendre comment c’est possible.

Ça fait longtemps que je souhaite commander du matos de tatouage sur internet. Mais j’hésitais. Ce soir, je n’hésite plus. Je pourrais faire des choses plus élaborées avec du papier carbone. Les aiguilles sont sans doutes mieux. Bon, je ne vais pas commander ce soir. Je le ferais plus tard. Dans quelques jours ou semaines. Pas d’urgence. Mais j’y vois plus clair sur le sujet.

J’ai besoin de remodeler mon corps. De le faire mien.

Je dois avoir un problème.

Enfin, ça m’a fait du bien de me faire ça. Et ça me surprend.

J’écris pas ça pour me vanter. Je crois que j’ai vraiment un problème avec mon corps, avec mon identité. J’écris ça, ici, parce que je veux me souvenir de… ce soir. Et j’arrive pas a écrire dans mon JI papier en ce moment. Mais vraiment, faites attention a ce que vous faites de vous-même. L’automutilation est une forme d’addiction (pour moi, ça l’est). Et si vous êtes en mesure de prendre soin de vous sans douleurs, faites-le. Moi j’ai besoin de ça, et j’ai aussi besoin d’en parler. Mais je n’incite personne a me suivre sur ce point là de ma personnalité.

J’ai recouvert le tatouage pour ce soir parce que le truc… Je sais plus comment on dit, mais y’a du… liquide dont j’ai oublié le nom qui sort un peu de l’endroit ou j’ai piqué. Ce qui est normal. Mais du coup, je ne le verrais pas avant demain matin. C’est un peu… frustrant. Haha.

Je pense pas que cette sorte de bien-être va durer. Nan. D’ailleurs je ne me sens pas hyper mieux, juste un peu apaisée. C’est comme quand on a soif et qu’on boit. Mais il fait très chaud, et on a vite soif, de nouveau. J’aurais sûrement déjà soif demain. Mais peut-être moins qu’aujourd’hui ? Dans tout les cas, ça fait du bien d’avoir la bouche hydratee, même juste pour un instant.

]]>
2017-01-28T21:16:20+01:00
http://optima.journalintime.com/Du-sang Du sang J'arriverais pas a écrire dans mon JI papier. Pas la force de me faire face. Trois nouvelles tranchées dans la peau de mon bras droit. Je retrouve mon rituel. J'en rajoute une couche sur toutes ces anciennes cicatrices qu'on ne voyait plus trop. Mais c'est pas ça le problème. C'est pas grave tout ça. J'veux dire, j'en ai déjà eu des cicatrices. Je vis bien avec. C'est pas grave. Ce qui l'est c'est que je fais ça pour me retenir de faire des choses plus... graves a mon sens. Me raser les cheveux, me faire un tatouage, me priver, refumer, devenir folle, prendre trop de medoc,... Ouais. J’arriverais pas a écrire dans mon JI papier. Pas la force de me faire face.

Trois nouvelles tranchées dans la peau de mon bras droit. Je retrouve mon rituel. J’en rajoute une couche sur toutes ces anciennes cicatrices qu’on ne voyait plus trop.
Mais c’est pas ça le problème. C’est pas grave tout ça. J’veux dire, j’en ai déjà eu des cicatrices. Je vis bien avec. C’est pas grave. Ce qui l’est c’est que je fais ça pour me retenir de faire des choses plus… graves a mon sens. Me raser les cheveux, me faire un tatouage, me priver, refumer, devenir folle, prendre trop de medoc,... Ouais. Ça pourrait être pire. Au final, c’est peut-être même une bonne chose que je me scarifie. J’ai eu la présence d’esprit de limiter les dégâts.

J’ai mes règles aujourd’hui. Je les avais pas eu depuis genre 60 jours ? Mais j’ai jamais perdu aussi peu de sang. J’en ai perdu plus ce soir avec mon rasoir.
Je vois l’endocrino jeudi prochain.
Bref. Je veux dire, mon mal être de ces derniers jours s’explique sans doute scientifiquement. Genre "c’est les hormones ma ptite dame!". Mais ça me console pas. Parce qu’en attendant, je me sens mal. Et je lutte. Je lutte pour ne pas devenir folle.

Hier aprem, j’ai fait une commande sur Zalando. Deux paires de chaussures et deux brassieres. J’étais contente. Surtout pour les chaussures. Les miennes commencent a craindre. Et puis hier soir, j’ai annulé la commande. Pourquoi ? Euh et bah… je sais pas trop. J’avais parlé de cette commande a mon frère, a mes parents. J’étais contente quoi. Une des deux paires était vraiment trop cool. Des fois, je me comprend vraiment pas.
Ça me fait penser a cet incident a Tours y’a quelques années. Pas agréable.

]]>
2017-01-27T21:05:38+01:00
http://optima.journalintime.com/De-quoi-vous-vous-plaignez De quoi vous vous plaignez?! Trois choses positives aujourd'hui: -j'ai fini le montage d'une vidéo sur laquelle je travaille depuis mercredi -j'ai réussi a faire des rayures sur un de mes ongles avec du vernis (noir et blanc) -j'ai mangé du fromage (j'en achète très très rarement). La vie ne va pas si mal. J'ai...? Je sais plus ce que j'allais dire! Ah oui! J'ai pas fait grand grand chose aujourd'hui. J'ai eu une grande période de flottement cette aprem. Pas grande motivation. Mais en même temps j'étais pas triste ou quelque chose du genre, donc... c'est pas très grave. Le moral est un peu meilleur. Un peu Trois choses positives aujourd’hui:
-j’ai fini le montage d’une vidéo sur laquelle je travaille depuis mercredi
-j’ai réussi a faire des rayures sur un de mes ongles avec du vernis (noir et blanc)
-j’ai mangé du fromage (j’en achète très très rarement).

La vie ne va pas si mal. J’ai... ? Je sais plus ce que j’allais dire ! Ah oui ! J’ai pas fait grand grand chose aujourd’hui. J’ai eu une grande période de flottement cette aprem. Pas grande motivation. Mais en même temps j’étais pas triste ou quelque chose du genre, donc… c’est pas très grave.
Le moral est un peu meilleur. Un peu angoissée quand même, mais pas déprimée. Je savoure d’être chez moi, sans pression de personne d’autre que moi. Je m’organise, je me force un peu. Et au final, je m’en sors. "Je m’en sors" reste trop médiocre pour moi mais c’est déjà pas mal.

Mercredi j’ai parlé de mon problème vis a vis de l’AAH a mon psy. Comme quoi ça me fait chier de l’avoir parce que si je l’ai, ça veut dire que j’ai un problème, et je ne veux pas de ce putain de problème. Il m’a presque répondu : "nan mais c’est une chance de pouvoir avoir cette allocation ! De quoi vous vous plaignez?!" Ouais…

Demain je refais ma coloration. J’espère ne pas en foutre partout et… ne pas perdre tout mes cheveux… Je dois aussi écrire des trucs, mettre ma vidéo sur Youtube et… en gros voilà. Et dimanche je dois passer a la banque (au distributeur), peut-être a la médiathèque et je dois m’occuper du cadeau d’anniv de mes parents!!! ! C’est fascinant tout ça, n’est-ce pas ?

En fait, je suis venue écrire parce que j’ai pas envie d’aller dormir. Il est encore tôt mais… Je ne suis pas super en confiance chez moi ce soir donc… autant passer a demain au plus vite. Si j’y arrive.

]]>
2017-01-20T21:59:27+01:00
http://optima.journalintime.com/Je-me-sens-mammouth Je me sens mammouth Bouhouhou. La journée j'arrive a peu prés bien a lutter contre la dépression malgré des zones de stress mais le soir... tout s'effondre! Je suis stressée, énervée, triste. Je doute. Surtout de moi. Un peu de mon avenir. J'ai pas confiance, j'ai peur. J'etouffe. Je me sens comme prise au piège. Un piège que j'aurais tissé moi-même au cours de ma petite existence. Ah super! Et maintenant en plus de tout ça, je suis pathétique! J'en ai marre de mon corps. Esthétiquement mais aussi au niveau de ma forme, de ma capacité physique. Je ressemble a un vieux gros mammouth grincheux Bouhouhou. La journée j’arrive a peu prés bien a lutter contre la dépression malgré des zones de stress mais le soir… tout s’effondre ! Je suis stressée, énervée, triste. Je doute. Surtout de moi. Un peu de mon avenir.
J’ai pas confiance, j’ai peur. J’etouffe. Je me sens comme prise au piège. Un piège que j’aurais tissé moi-même au cours de ma petite existence.

Ah super ! Et maintenant en plus de tout ça, je suis pathétique !

J’en ai marre de mon corps. Esthétiquement mais aussi au niveau de ma forme, de ma capacité physique. Je ressemble a un vieux gros mammouth grincheux qui mange de la mayonnaise a la petite cuillère en regardant des vidéos sur internet tout seul dans sa grotte. Je me déçois tellement. J’avais un beau corps. Un rapport taille/poids parfait. Je ne redoutais pas l’effort physique. Et maintenant… Je suis grosse. 90 kilogrammes pour 175 centimètres. Et malgré le fait que je pense tout ça, je mange. Je mange trop. Je mange mal. Je mange encore plus depuis que je me sens grosse, depuis que je me sens mammouth. Aucune cohérence la meuf.
Mais j’ai ce truc en moi, ce besoin de défonce. Je voudrais planer. Pas trop haut. Juste un peu. Juste de quoi respirer tranquillement, sans pression, sans peurs. Je voudrais fumer. Tirer aussi fort que possible sur une clope. Sauf que j’ai arrêté le 1er janvier. Et je suis trop fière pour reprendre. J’ai le sentiment que tout le monde aurait une mauvaise estime de moi si je me remettais a fumer. Le pire jugement serait peut-être le mien en même temps, tu sais. J’en viens a faire dériver mon envie de tabac vers une envie d’herbe. Pff n’importe quoi. Alors au final, je mange. Ça m’evite de me scarifier trop souvent.

Je veux pas être comme ça. Je te jure, je fais des efforts. Je me force a faire des trucs. Mais là, mon connard de cerveau lutte contre mes efforts, il m’attire vers le bas. Comment tu veux gagner contre la chimie? !

]]>
2017-01-17T21:42:36+01:00
http://optima.journalintime.com/Pendant-la-tempete Pendant la tempete Y'a du vent, j'aime pas ça! Bon ce soir c'est moins pire que ça n'a été en fin d'aprem mais j'ai peur que ça redevienne fort. Bon, j'ai pris deux stresam tout a l'heure, je devrais m'en sortir sans crise cardiaque. Ça fait quelques jours que je ne suis pas venue ici. Il s'est passé quelques trucs. J'essaie de reprendre une vie normale, je veux dire ma vie genre... mon quotidien. Mais ce n'est pas très facile! J'ai dix milles petites choses a faire et... pfff. J'aimerais bien faire une grosse pause. Mais ça va aller, je suis plutôt bien organisée. Il faut juste que j'arrête de Y’a du vent, j’aime pas ça ! Bon ce soir c’est moins pire que ça n’a été en fin d’aprem mais j’ai peur que ça redevienne fort. Bon, j’ai pris deux stresam tout a l’heure, je devrais m’en sortir sans crise cardiaque.

Ça fait quelques jours que je ne suis pas venue ici. Il s’est passé quelques trucs. J’essaie de reprendre une vie normale, je veux dire ma vie genre… mon quotidien. Mais ce n’est pas très facile ! J’ai dix milles petites choses a faire et… pfff. J’aimerais bien faire une grosse pause. Mais ça va aller, je suis plutôt bien organisée. Il faut juste que j’arrête de stresser comme ça pour tout et rien.

Globalement, mon humeur est assez bonne. Enfin je crois. Bon ok, en fait je sais pas. Je ne vais pas trop mal, mais je suis assez stressée. Je lutte constamment contre l’arrivée d’une phase dépressive. Ouais, ça ça me semble assez juste.

Je… j’en ai super marre d’être malade. Je parle de ma dépression/agoraphobie/tout ça. J’en reviens a avoir du mal a aller loin de chez moi, genre faire mes courses a Carrefour. Et… Rrrrrrrr. Ça m’énerve. J’en viens a me détester d’être comme ça alors que… j’y suis pour rien. Si ? En fait on me dit que je suis malade, que c’est pas de faute. Tout comme je pourrais être diabétique. Mais… je ne suis pas ok avec cette pensée. Moi, j’ai l’impression d’être une mauvaise personne. J’ai l’impression que tout ce qui m’arrive, c’est de ma faute. Que c’est juste a cause de moi si je ne guéri pas. C’est degueulasse de penser ça puisque je fais des efforts. Mais… je m’en veux d’être dans la situation dans laquelle je suis.
Et d’après mon assistante sociale qui a reçu des infos de la MDPH, je vais toucher l’AAH. Ce qui devrait être une super mega bonne nouvelle ! Mais en fait… pas tant que ça. Pour deux raisons.
-je vois cette allocation comme une sorte de récompense a tout ce que j’ai traversé jusque là, a cause de la dépression. Mais… je le mérite pas. Je ne le mérite pas.
-avec cette réponse positive de la MDPH, c’est comme si on officialisait ma maladie. Genre "ah ba oui madame, on vous accorde l’AAH, vous êtes malade, pas de doute!". C’est comme si on me disait "tu es une fille très gentille" alors que je m’acharne a faire en sorte de passer pour une méchante fille (c’est juste un exemple de merde, hein!).

Je ne veux pas être malade. Je ne veux pas être cette fille là, avec ces problèmes totalement débiles ! C’est tellement con d’avoir du mal a sortir de chez soi putain !

Du coup, je me sens mal par rapport a tout ça.

En 2017, a défaut de faire des études ou d’avoir un job, je voudrais écrire un roman. Une fiction. Je ne le fais pas dans l’espoir d’être publiée, non non, je n’ecris pas si bien ! C’est avant tout pour moi, pour réaliser un très vieux rêve. Pour le défi. Pour avoir un projet a réaliser sur le long terme. Et puis pour pouvoir être lue par mes proches. Pour avoir l’impression d’avoir une utilité sur terre, une fonction. Pour pouvoir m’exprimer. Tiens ça fait pas mal de raisons en fait.
J’ai déjà l’idée. Pas de plan très défini mais j’ai les grandes lignes. Y’a plus qu’a ! Mes j’ai du mal a m’y consacrer a fond, a cause de toutes ces autres choses que j’ai dans la tête.
J’en reparlerais sûrement.

Haha ! Rien a voir. J’ai vu ma psychiatre cet aprem. Ça m’a un peu saoulé mais la fin de l’entretient m’a amusée. Je lui ai parlé de l’histoire avec Lionel, Theo et Damien. Mais sans lui donner leur prénoms parce que je ne voulais pas… Bah, au cas où elle les connais, tout ça. Je voulais pas qu’elle sache que je connais des gars en psychiatrie. Elle me demande finalement où on s’est vu, alors je lui répond:
-on s’est retrouvé a l’extérieur et ensuite ils sont venus chez moi.
-Et vous les avez retrouvés où a l’extérieur?
-Ici.
-Au CAMP?!
-Oui.
-Mais pourquoi?!
-Parce qu’ils sont d’ici.
-Ah bon?!
Voilà voilà. Ça m’a bien amusée. Heh.

Et sinon j’ai rdv avec un endocrinologue en février. Ça pourrait me faire chier, mais en fait non. Je trouve ça plutôt amusant (pour l’instant). C’est une nouvelle expérience ! Par contre si personne ne peut m’y porter, ça va être pas drôle du tout. Je devrais prendre le tram, le bus peut-être même et euh… Non.

Le vent est assez calme pour l’instant. Tant mieux, tant mieux.
Bon en fait là je suis déprimée. Pas le courage de vivre les jours a venir. Halala…

]]>
2017-01-12T21:08:58+01:00
http://optima.journalintime.com/C-etait-avant C'etait avant Quand j'étais au lycee, ouais il fut un temps où je faisais quelque chose de ma vie, j'avais toujours dans mon sac un grand cahier qui n'avait rien a voir avec les cours. C'était pas un journal intime c'était... un cahier pour écrire diverse choses. Parfois des cours, parfois des lettres, parfois des gribouillages. Tant que j'avais ce cahier pour écrire et un stylo, j'avais tout ce qu'il me fallait. Je bossais pas beaucoup (pas du tout?) au lycee. J'étais le genre de meuf dépressive qui regarde par la fenêtre. Bon, je faisais quand même super bien semblant de m'intéresser au cours, Quand j’étais au lycee, ouais il fut un temps où je faisais quelque chose de ma vie, j’avais toujours dans mon sac un grand cahier qui n’avait rien a voir avec les cours. C’était pas un journal intime c’était… un cahier pour écrire diverse choses. Parfois des cours, parfois des lettres, parfois des gribouillages. Tant que j’avais ce cahier pour écrire et un stylo, j’avais tout ce qu’il me fallait.
Je bossais pas beaucoup (pas du tout?) au lycee. J’étais le genre de meuf dépressive qui regarde par la fenêtre. Bon, je faisais quand même super bien semblant de m’intéresser au cours, j’étais douée comme une anorexique qui vomit en cachette. Bon résultat, j’ai pas le bac.

Enfin bref. L’autre jour je m’emmerdais alors je suis montée dans ma chambre et je suis tombée sur ces cahiers. Y’en a trois. J’en ai rapidement relu un. Hahaha. Enfin non. Enfin si quand même. Mais… C’est tellement… dramatique ce que j’écrivais en 2010 ! "J’ouvre les yeux. Je photographie. A cause du manque de toi."
Attends mais. Je dirais sans doute la même chose de moi dans 7 ans. En tout cas si c’est l’amour qui me rend aussi melodramatique, je ne veux plus jamais tomber amoureuse de ma vie!
Sérieux pour moi a cette époque tout tournait autour de l’amour. Emily, Alban. Tom. J’avais un gros problème avec ça je pense bien.

Attends, je vais essayer de retrouver des phrases de merde que j’ai écrite au lycee.

"Je t’aime. Je t’aime un peu en fait. Mais je t’aime déjà ça de trop. Je t’aime peut-être. Peut-être pas comme il faut. Peut-être pas comme il se doit. Peut-être que je n’ose pas t’aimer. Finalement, je t’aime." Vachement sure d’elle la meuf. Tu l’aimes oui ou non? !

"Sans cesse ta voix s’infiltre dans mon corps. Sans cesse ton visage se percute dans mon coeur. Je suis victime. De toi. Sauf que c’est moi, c’est moi qui crée ce sentiment d’amour. Tu t’en éloigne, prudent, par peur peut-être. Tu as peur de ma confusion. Je t’aime et le problème est là." Par pitié, ne me dites pas que mon écriture est restée la même… pitié…

"Je perds mon souffle sans le tien. Ma raison sans la tienne. [...] Mourir de toi. Puisque tu ne me regarde même plus. Je t’aime parce que ça fait mal. Ça n’a d’intérêt que dans la douleur entre toi et moi. Pas vrai ? Tu joues de ma faiblesse pour oublier la tienne."

"Ta nuque, mon amour,
Vibrant comme les tambours
Au rythme de mon souffle.
Et sur mes mains tes moufles.
Mon amour, c’est ton souvenir
Qui vole tout mes rires.
L’odeur de ton corps,
Nos petits remords.
Te voilà mort."

Oh, y’a des dessins d’Emily…

Ouais ok, c’est bon, ça me saoule. En tout cas je suis bien contente de la personne que je suis devenue. Non-fumeuse depuis une semaine qui plus est :)
Je viens de relire ce texte avant de le publier. Dans le fond… j’ai peut-être pas changé tant que ça. Si ? Non ? Je pense quand même pouvoir prétendre que j’ai un peu plus d’assurance et de maturité. Au moins UN PEU PLUS.

]]>
2017-01-08T19:06:45+01:00