Écrire pour grandir

← Retour au journal

janvier 2017

Retour à la normale progressif

Je suis malade. Je devais voir mon psy ce matin. Je me suis levée, préparée. Mais j'ai pas été. Je me sentais... pas hyper mal tu vois mais... je redoutais le long trajet à pied. J'avais peur de me sentir super mal en plein milieu du chemin. Encore cette saloperie d'agoraphobie. Donc je tourne un peu en rond ce matin. J'arrive pas à me lancer dans une activité. J'arrive même pas vraiment à me reposer. Mes problèmes avec la réalité s'arrangent un peu. Je suis contente d'être chez moi, même si je dois encore rentrer chez mes parents ce weekend. Je dois faire une prise de sang, (...)

Petite anonce

Je crois que je vais mettre une annonce sur pôle emplois du genre "cherche lecteur pour un CDD". Je suis en train de mettre en page mon livre. Tu sais LE livre. Je veux faire imprimer mes écrits de ma première année ici en version "roman". J'ai galéré pendant un bon moment, mais là, je suis bien lancée. Je devrais pouvoir envoyer le manuscrit la semaine prochaine, au pire, la semaine suivante. C'est hallucinant tout ce que j'ai pu écrire! Et encore, c'est moins mon JI papier. C'est trop... jouissif comme activité de mettre tout ça en page. J'ai trop hâte d'avoir l'objet dans mes (...)

C'etait avant

Quand j'étais au lycee, ouais il fut un temps où je faisais quelque chose de ma vie, j'avais toujours dans mon sac un grand cahier qui n'avait rien a voir avec les cours. C'était pas un journal intime c'était... un cahier pour écrire diverse choses. Parfois des cours, parfois des lettres, parfois des gribouillages. Tant que j'avais ce cahier pour écrire et un stylo, j'avais tout ce qu'il me fallait. Je bossais pas beaucoup (pas du tout?) au lycee. J'étais le genre de meuf dépressive qui regarde par la fenêtre. Bon, je faisais quand même super bien semblant de m'intéresser au cours, (...)

Pendant la tempete

Y'a du vent, j'aime pas ça! Bon ce soir c'est moins pire que ça n'a été en fin d'aprem mais j'ai peur que ça redevienne fort. Bon, j'ai pris deux stresam tout a l'heure, je devrais m'en sortir sans crise cardiaque. Ça fait quelques jours que je ne suis pas venue ici. Il s'est passé quelques trucs. J'essaie de reprendre une vie normale, je veux dire ma vie genre... mon quotidien. Mais ce n'est pas très facile! J'ai dix milles petites choses a faire et... pfff. J'aimerais bien faire une grosse pause. Mais ça va aller, je suis plutôt bien organisée. Il faut juste que j'arrête de (...)

Je me sens mammouth

Bouhouhou. La journée j'arrive a peu prés bien a lutter contre la dépression malgré des zones de stress mais le soir... tout s'effondre! Je suis stressée, énervée, triste. Je doute. Surtout de moi. Un peu de mon avenir. J'ai pas confiance, j'ai peur. J'etouffe. Je me sens comme prise au piège. Un piège que j'aurais tissé moi-même au cours de ma petite existence. Ah super! Et maintenant en plus de tout ça, je suis pathétique! J'en ai marre de mon corps. Esthétiquement mais aussi au niveau de ma forme, de ma capacité physique. Je ressemble a un vieux gros mammouth grincheux (...)

De quoi vous vous plaignez?!

Trois choses positives aujourd'hui: -j'ai fini le montage d'une vidéo sur laquelle je travaille depuis mercredi -j'ai réussi a faire des rayures sur un de mes ongles avec du vernis (noir et blanc) -j'ai mangé du fromage (j'en achète très très rarement). La vie ne va pas si mal. J'ai...? Je sais plus ce que j'allais dire! Ah oui! J'ai pas fait grand grand chose aujourd'hui. J'ai eu une grande période de flottement cette aprem. Pas grande motivation. Mais en même temps j'étais pas triste ou quelque chose du genre, donc... c'est pas très grave. Le moral est un peu meilleur. Un peu (...)

Du sang

J'arriverais pas a écrire dans mon JI papier. Pas la force de me faire face. Trois nouvelles tranchées dans la peau de mon bras droit. Je retrouve mon rituel. J'en rajoute une couche sur toutes ces anciennes cicatrices qu'on ne voyait plus trop. Mais c'est pas ça le problème. C'est pas grave tout ça. J'veux dire, j'en ai déjà eu des cicatrices. Je vis bien avec. C'est pas grave. Ce qui l'est c'est que je fais ça pour me retenir de faire des choses plus... graves a mon sens. Me raser les cheveux, me faire un tatouage, me priver, refumer, devenir folle, prendre trop de medoc,... Ouais. (...)

Le tatouage du repis

Ça fait du bien. Ça fait tellement du bien. Mais c'est compliqué a expliquer... Ce soir, je me suis fait un nouveau tatouage. Genre... comme ça. A l'arrache. J'allais pas bien, encore. J'avais besoin de porter atteinte a mon corps. C'est dur a expliquer. C'est comme ça. C'est tout. Pas envie de psychoter sur le pourquoi du comment. J'avais besoin. J'ai pensé a mes cheveux. Au tatouage. Je me suis dit "fais-toi quelques lignes de scarification, ça suffira.". Mais non, ça suffira pas. Ce genre trace va trop vite a faire et puis, avec le temps, ça se dissout. J'avais besoin d'un truc (...)

Faire une pancarte!

Bon bah ça va pas mieux hein. Journée très... urf. Lutter, lutter, lutter pour ne pas tomber tout au fond du trou. J'ai pas fait grand chose mais la journée est passé quand même... pas trop lentement. J'ai fait beaucoup (très beaucoup) d'ordi. J'ai commandé des trucs de tatouages. Je devrais le recevoir... mercredi? J'en saurais plus demain. Je suis un peu stressée pour la livraison. Je déteste, comme tu sais, ouvrir ma porte à des inconnus. Genre les bruits de sonnettes dans les films suffisent à m'angoisser, haha! Et puis j'ai peur de louper la livraison et que mon colis se (...)

Jamais assez

Ce sera jamais assez bien. Je serais jamais assez bien. Assez forte, assez intelligente. Assez belle. Jamais assez moi. Je me sens fade. Inutile. Tellement loin de qui je voudrais être. Et j'ai le sentiment que quoi que je fasse pour améliorer ça, ça marchera pas. Je serais jamais ce mec. Putain, ça va mal. Je devrais être dans le bureau de mon psy. Je suis sortie ce matin, mais pour acheter des clopes. Même pas été a la pharmacie qui est juste a coté alors que j'ai besoin de l'un de mes deux anti-depresseur. Je me sens mal. Ça va mal. Tout ça. J'avais pas la force d'aller (...)

La tempête s'éloigne!

Ça va mieux. Ah, ça fait du bien de retrouver... de se retrouver, tout simplement. Je m'étais manqué! J'arrive à reprendre ma vie, tranquillement. Ça va mieux. (...)